Comment organiser des funérailles

Funérailles, ce qu'il faut savoir pour s'organiser

Pour prévoir ses funérailles ou celles d'un proche, certaines règles s'imposent. Le point sur les différentes possibilités ainsi que les procédures et délais à respecter.

Prévoir ses funérailles

1. Sélectionnez une entreprise de pompes funèbres.

Depuis 1993(1), chacun peut choisir librement l'entreprise qui sera chargée d'organiser ses funérailles. Vous avez en effet la possibilité de vous procurer une liste des entreprises de pompes funèbres à proximité de chez vous dans :

  • les mairies,
  • les hôpitaux,
  • les maisons de retraite,
  • les chambres mortuaires et sanitaires.

Vous pourrez ainsi prendre contact avec différentes entreprises et comparer les devis.

2. Pensez à l'assurance.

Pour soulager vos proches, il est possible de préparer vos obsèques à l'avance en souscrivant :

  • une assurance obsèques auprès d’une compagnie d’assurance,
  • une d'assurance décès qui vous permettra de verser un capital à vos proches.
Economisez jusqu’à 11 000 €*

Découvrez le tarif assurance emprunteur MetLife en quelques clics !

Funérailles et démarches administratives

Lors du décès de l’un de vos proches vous devez accomplir un grand nombre de démarches en tenant compte d'un délai précis.

1. Déclarez le décès dans les 24 heures auprès de la mairie du lieu du décès. Vous devrez notamment vous munir d’une pièce d’identité, d’un certificat de décès et du livret de famille.

2. Dans les 7 jours qui suivent le décès, prévenez les différentes administrations :

  • la banque,
  • le tribunal d’instance en cas de Pacs (sous 36 heures),
  • l’employeur (sous 48 heures),
  • les ASSEDIC, en cas de chômage impliquant un versement d’allocations (sous 48 heures),
  • la société d’assurance, en cas d’existence d’un contrat « obsèques » ou « assurance vie », mais également pour tout autre contrat d’assurance détenu (auto, habitation, etc.),
  • la mutuelle complémentaire pour un remboursement « tiers payant obsèques »,
  • la Caisse Régionale d'Assurance Maladie (CRAM) ou la Mutualité Sociale Agricole (MSA) afin de toucher l’allocation veuvage (si vous êtes le/la conjoint(e)),
  • le bailleur, si la personne décédée était locataire ou le/les locataire(s) si la personne louait l’un de ses biens,
  • les fournisseurs de gaz, d’électricité, d’eau, du téléphone fixe et portable,
  • les fournisseurs d’accès à Internet, d’abonnement télévision,
  • l’organisme de crédit en cas d’emprunt en cours.

3. Contactez également dans les 7 jours, un notaire qui se chargera de toutes les démarches de succession. Pas toujours nécessaire,  son intervention devient obligatoire en présence de biens immobiliers, de contrat de mariage, de donation antérieurement consentie par le défunt, ou encore de testament.

4. Dans les 6 mois qui suivent le décès, s’il s’agissait de votre conjoint(e) :

  • régularisez l'impôt sur le revenu, la taxe foncière, la taxe d'habitation,
  • remettre la déclaration de succession au centre des impôts,
  • transformez l'éventuel compte joint en compte personnel,
  • demandez une immatriculation personnelle auprès de la Sécurité sociale si vous étiez couvert(e) sous l’immatriculation du défunt.

(1) source : Prestations funéraires / Pompes funèbres (lien vers le site economie.gouv.fr)

À lire aussi

 

(*) Exemple d’économies selon profil de l’emprunteur au 01/05/2017, pour un couple de 31 ans, employés non-fumeurs, assurés chacun à 100 % en Décès/Incapacité/Invalidité, empruntant 150 000 € au taux de 2 % sur une durée de 20 ans. Coût moyen d’une assurance proposée par la banque : 16 800 € sur la durée du prêt (soit un TAEA de 0,96 % pour le couple). Coût total de l’Assurance Emprunteur de MetLife : 5 526.90€ sur la durée du prêt (soit un TAEA de 0,32 % pour le couple). Économie réalisée de 11 273.10€ par rapport à l’assurance emprunteur proposée par la banque.