Dépistage

Dépistage cancers féminins

Ce que vous pouvez faire ...

Vous-même

Une détection précoce peut éviter l’apparition d’un cancer, par exemple, pour le col de l’utérus. Un cancer du sein découvert à temps présente plus de 90% de chances de guérison(8).


C’est pourquoi vous devez être attentive à toute modification anormale de votre corps : pertes vaginales, saignements, douleurs, modification de la taille ou de la forme du sein, par exemple. Ceci doit vous amener à consulter rapidement votre médecin traitant ou votre gynécologue.


Vous pouvez aussi pratiquer vous-même un auto-examen ou autopalpation des seins, avec des gestes que peut vous apprendre le médecin, et qui permet parfois de détecter une lésion entre deux consultations prévues.

Le suivi régulier par un(e) gynécologue

Il est fortement conseillé dès les premiers rapports sexuels et jusqu’après la ménopause, au moins jusqu’à 75 ans, à un rythme annuel. Ce rythme peut être différent en cas de surveillance provisoire pour un problème ponctuel (comme par exemple des kystes du sein probablement bénins), ou si vous êtes suivie en raison de facteurs de risque particuliers.
Une consultation comprend en général un interrogatoire sur l’état de santé, une palpation des seins, et un examen gynécologique (ainsi qu’un test de dépistage du cancer du col de l’utérus au moins tous les 3 ans).

Les examens de dépistage

N’hésitez pas à demander aux professionnels de santé en quoi ils consistent, afin de surmonter vos craintes.

  • Frottis :
    c’est un examen parfaitement indolore, réalisé pendant l’examen gynécologique ; il s’agit d’un prélèvement de cellules situées à la surface du col de l’utérus, afin de les analyser.
  • Colposcopie :
    c’est un examen effectué en cas d’anomalie du frottis, dans les mêmes conditions ; le médecin recherche des lésions à l’aide d’un colorant, et prélève de petits fragments de tissus.
  • Mammographie :
    il s’agit d’une radiographie, lors de laquelle une pression est exercée sur le sein ; cet examen peut être inconfortable, il est recommandé de le réaliser lors de la première moitié du cycle.
  • Echographie :
    cette technique est souvent plus performante pour des seins dont le tissu est dense, ou pour les organes de la cavité abdominale.
  • Biopsie :
    prélèvement de cellules sous anesthésie locale.
  • IRM :
    l’imagerie par résonnance magnétique est un moyen d’investigation qui permet de différencier de manière très fine les tissus malades des tissus sains. 

Le dépistage organisé

Il s’est généralisé pour le cancer du sein, et mis en place en France dans tous les départements. Les études scientifiques montrent que les dépistages peuvent réduire la mortalité de 30 à 40 % lorsque le taux de participation des personnes sollicitées atteint 70 à 80%.


Si vous avez entre 50 à 74 ans, vous y êtes invitée tous les 2 ans, sans démarche particulière de votre part. Vous passerez une mammographie, dans un centre de radiologie agréé que vous choisirez parmi une liste fournie, examen pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie.


En cas de détection d’une anomalie, qui ne veut pas dire systématiquement cancer, il vous sera prescrit des examens complémentaires. Par exemple, pour 1 000 femmes dépistées, 100 auront des examens complémentaires à passer, mais seulement 6 cas de cancer du sein seront découverts.

(8) Guide pratique des dépistages des cancers, Comités féminins pour la prévention et le dépistage des cancers

Calculez votre cotisation mensuelle Serena