Skip Navigation

Comment se passe le remboursement d’un prêt en cas de décès ?

Economisez jusqu’à 11 000 €*

Découvrez le tarif assurance emprunteur MetLife en quelques clics !

Lors de la mise en place de votre crédit immobilier, la souscription d’une assurance emprunteur est demandée par la banque, bien que non imposée par la loi. Celle-ci comprend notamment la garantie assurance décès, indispensable pour protéger les emprunteurs et leurs héritiers tout au long du crédit. Comment fonctionne-t-elle pour le remboursement du prêt en cas de décès ?

L’assurance décès d’un prêt immobilier

L’assurance décès permet de couvrir le remboursement du prêt immobilier en cas de décès de l’emprunteur. Dans cette situation, l’assureur prend alors en charge le capital restant dû à la banque. Le bien immobilier, objet du crédit, demeure la propriété des héritiers.

Avec la garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA), l’assurance décès fait partie des garanties de base de l’assurance emprunteur souscrites dans le cadre d’un crédit immobilier. Elles sont incluses de manière automatique et généralement complétées par :

L’importance de la quotité de l’assurance décès

Au décès de l’emprunteur avant la fin du crédit immobilier, le capital restant dû doit être payé. Pour cela, le choix de la quotité d’assurance est primordial.

Plusieurs situations se présentent aux emprunteurs pour choisir la quotité d’assurance et anticiper de la meilleure manière le remboursement du prêt immobilier en cas décès :

  • La quotité d’assurance de 100% pour chaque emprunteur constitue la solution la plus protectrice et tranquillisante. Cette solution est certes plus onéreuse mais à la disparition de l’un des co-emprunteurs, le remboursement intégral du capital restant dû revient à l’assureur.
  • Une quotité de 50% pour chacun peut être une option envisageable si les revenus des deux emprunteurs sont équivalents. Dans ce cas,, la compagnie d’assurance prend en charge la moitié du capital restant à rembourser.
  • D’autres quotités peuvent être envisagées, notamment lorsque l’un des co-emprunteurs contribue de manière plus importante au remboursement du prêt : comme par exemple 100-50, 60-40, 70-30, etc. Dans ce cas, seul le capital restant dû à hauteur de la quotité du co-emprunteur décédé sera pris en charge par l’assureur. Le conjoint survivant devra continuer à rembourser sa part de l’emprunt en plus de toutes les charges du foyer qu’il devra désormais assumer seul.

La répartition de la quotité d’assurance doit être en adéquation avec votre situation. Pour cela, les conseils avisés de votre banque ou d’un assureur expert comme MetLife sont essentiels pour faire le bon choix.

Le remboursement du prêt immobilier en cas de décès est-il automatique ?

Toutes les causes de décès ne déclenchent pas le remboursement du prêt par la compagnie d’assurance. Il existe certaines exclusions telles que :

  • Le décès lié à un risque médical exclu dès la souscription par votre assureur suite au questionnaire médical
  • Les suites ou les conséquences de maladies ou d’accidents antérieurs à la souscription
  • Le suicide au cours de la première année sauf lorsque le prêt est destiné à financer l’acquisition du logement principal, dans ce cas et selon décret, il peut être couvert à hauteur de 120 000 euros minimum

L’assurance emprunteur MetLife peut vous permettre d’être couvert en cas de décès lié à la pratique de sports à risques.

Pour que la sérénité vous accompagne tout au long de votre crédit immobilier, soyez attentif aux conditions du contrat de votre assurance emprunteur. MetLife vous guide pour trouver la solution d’assurance de prêt immobilier en parfaite adéquation avec votre situation. Simulez votre devis en ligne afin d’obtenir un tarif, nos experts vous rappelleront afin d’échanger sur votre projet.